[Publication] Les Larmes de Yāda

No Comments

Bon, ben voilà 🙂
Mon premier roman, Les Larmes de Yāda, sortira en mai prochain aux éditions Nestiveqnen, dans la collection Fractales (dédiée à la science-fiction).

Les Larmes de Yāda

 

L’illustration de couverture est signée Philippe Jozelon. Je le remercie encore pour ce travail incroyable qui retranscrit à merveille l’ambiance du roman 🙂
Je profite aussi de ce billet pour refaire d’énormes bisous à tous mes bêta-lecteurs(trices) : merci pour tous vos avis, vos conseils, vos cadeaux chocolatés, vos coups de fouets, vos encouragements. Un roman, c’est une aventure collective et je suis très heureuse de l’avoir vécue avec vous <3

Et pour celles et ceux qui découvrent, ça vous dirait de lire une petite accroche  ? 🙂

L’eau de Yāda est une drogue très en vogue chez les personnes âgées, car la molécule ravive leurs souvenirs. Asha, 70 ans tout juste, va retrouver sa vie d’antan, celle d’avant les regrets… Le temps d’un trip, elle rejoue la mélodie vibrante de sa jeunesse et se laisse emporter.
L’eau de Yāda est une drogue et elle est sans doute la pire de toutes. Car qui peut vraiment lutter contre les sirènes de son passé ?

Je vous dis à bientôt, dans les librairies ou ailleurs !

DMV #7 : PsychoActif, ou comment écrire à propos des drogues sans en consommer

No Comments

Attention, information capitale : il n’est pas utile d’avaler des bonbons ou de chasser le dragon pour écrire à propos des drogues.
D’ailleurs, ça vaut pour toute conduite à risques. S’il fallait attendre d’expérimenter une overdose pour pouvoir en parler, il ne resterait plus beaucoup d’auteurs sur Terre (avouez, ce serait dommage).
Du coup, il y a maintenant 2 ans, j’ai testé « écrire un roman à la première personne qui parle entre autres d’addiction à une substance X » sans en consommer moi-même. (Pour en savoir plus sur le roman en question, c’est par ici). J’ai l’avantage, dans le cadre de mon autre métier, d’avoir accès à tout plein de documentation papier sur la question, mais rien ne remplacera Internet. La toile est d’une richesse incomparable lorsque l’on cherche du vécu et des témoignages sur le sujet.
Suivez mon regard :

psychoactif

Le site internet PsychoActif est avant tout destiné à un public consommateurs de substances psychoactives, bien sûr, mais il constitue une mine d’informations pour celles et ceux qui souhaitent simplement se documenter. La partie nommée PsychoWiki rassemble énormément de données sur l’histoire des drogues, les effets de la consommation de substances sur l’organisme, les niveaux de dépendance, les usages. Comme dit plus haut, PsychoActif est aussi un espace communautaire, d’échanges bienveillants et de soutien pour les usagers : vous trouverez sur le forum des centaines de témoignages souvent intéressants sur le fond (mais aussi sur la forme, pour le vocabulaire employé) et moults infos récentes sur les usages à moindre risque.

Le petit « plus » de ce DMV à lire, c’est d’ailleurs l’engagement de ses modérateurs. Grâce à eux, PsychoActif et sa communauté perdurent, pour toujours plus de réduction des risques 🙂

Un challenge pour 2014, made in anticipation

No Comments

C’était annoncé, c’est parti !
Mon premier semestre 2014 sera consacré à l’écriture d’un roman d’anticipation, provisoirement intitulé Les Coquilles vides.
La dynamique sur la mare est tellement énergisante que cet en-cours a trouvé sa place dans les challenges Cocyclics (où l’on pourra grignoter extraits et infos sur l’univers, tout en sirotant des lassis à la cardamome – oui, l’Inde sera présente par petites touches dans le récit)

Un pitch :

« Fin XXIème siècle, en France. Une drogue, la Klé (ou K), fait fureur auprès des populations âgées. Elle leur permet, sur base de souvenirs, de voyager dans leur passé et revivre des moments perdus. Pendant les trips, l’esprit du K-mé revient dans le temps et le corps demeure dans le présent. Drogue dure, la Klé entraine une accoutumance rapide. Les overdoses sont fatales et empêchent l’esprit de retourner dans son corps d’origine, laissant derrière lui une « coquille vide ». Asha, une vieille dame isolée, succombera au produit et modifiera sa vie. Pour un meilleur ou pour un pire ? Seule l’histoire nous le dira. »

Encore du voyage dans le temps comme ressort scénaristique… On ne gagne jamais à lutter contre ses obsessions 😀
Plus sérieusement, les sauts temporels demeurent un prétexte pour ici, construire un récit de vie et approfondir d’autres questions (comme les conduites addictives, le vieillissement, les regrets, etc.)
Niveau quantitatif, j’espère boucler ce premier jet avec l’écriture d’un chapitre par semaine.
Au jour d’aujourd’hui : 2 chapitres / 32  ont été finalisés.
Je reviendrai de temps en temps par ici pour donner des nouvelles sur mon avancée.