[Publication] Puce et Globule en librairie !

No Comments

Ça y’est, c’est le jour J !

Les deux premiers tomes de Puce et Globule, ma série jeunesse avec des sciences, de la vie, des sciences de la vie et de la fantasy à l’intérieur, sortent aujourd’hui en librairie !

L’illustrateur, Yannick Robert, a fait des merveilles, et j’ai pu voir durant ces derniers mois l’univers de Puce et Globule prendre vie peu à peu sous ses crayons magiques 🙂 Chaque jeu intérieur est un petit bijou de détails… Parce que oui, la série s’intègre dans une collection d’enquêtes pour les 9 ans et plus, avec un ensemble d’énigmes et de jeux venant ponctuer le récit !

Vous pouvez jeter un œil à l’un d’entre eux en vous rendant sur la page Facebook de l’éditeur 🙂 (oui ceci est un lien-moche parce que ce blog est le plus basique des blogs que vous pourrez trouver sur le web, avec zéro fonctionnalité, pas même celle d’afficher le contenu intégré 😀 mais bon, le point positif, c’est que le lien marche !)

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FGulfStreamEditeur%2Fposts%2F2120647757966262&width=500

La conception de ces énigmes a été du pur bonheur. À la croisée entre l’écriture, le ludique et le pédagogique, ce travail collectif a réuni tous les ingrédients qui comptent pour moi dans la création. Merci à toute l’équipe de Gulf Stream : vous assurez <3 J’espère que le résultat de notre collaboration plaira aux petits lecteurs et petites lectrices 🙂

Le premier tome aborde la vaccination (à quoi ça sert ? comment ça marche ? pourquoi c’est utile ?), le second traite de la réaction allergique.

Allez, j’arrête de jacasser et je vous laisse avec les couvertures de ces deux tomes… Rendez-vous à Montreuil pour le Salon du livre jeunesse, c’est à dire très bientôt !

 

Ecriture : Le bilan de la (presque) vacancière pour 2018 !

No Comments

Ça se sent, la fille qui se trouve entre la fin d’une période d’écriture et le début d’une phase de corrections ? 😀 Trois billets en trois semaines, du jamais-vu par ici… On va dire que j’en profite pour me faire pardonner auprès de monsieur Blog, que je délaisse de façon éhontée depuis des mois… J’ai pas trop de souci d’inspiration côté fiction, mais quand il s’agit de venir donner des nouvelles sur ces pages, dur dur de démarrer la machine.
Du coup, pour ce bilan avant le départ en vacances, je vais rester méthodique et y aller progressivement !

Un démarrage sur les chapeaux de roue (et aucun freinage annoncé !)

J’ai commencé l’année en compagnie de Puce et Globule. Un tome 2 à boucler, puis les corrections éditoriales et le travail autour des illustrations ont débuté dans la foulée pour les deux premiers volumes de la série. Les allers-retours ont été fréquents pendant le premier semestre, surtout pour peaufiner la partie énigmes et jeux (mais je reviendrai vous parler de tout ça un peu plus tard).
Entre-temps, j’ai débuté l’écriture d’un roman adulte dont je vous avais vaguement parlé : Au bout de la route, un planet opera intimiste avec une mère et ses deux enfants coincés dans un environnement hostile… J’ai dû m’interrompre après avoir dépassé la moitié du premier jet, car le travail sur Puce et Globule a soudain pris de l’ampleur : il me fallait préparer assez rapidement les synopsis détaillés des 3ème et 4ème tomes de la série. Avec les délais à tenir, je préfère donc pour l’instant me consacrer tout entière à mes petits héros et à leur univers que je prends énormément de plaisir à étoffer au fil des épisodes 🙂 Au bout de la route est en stand-by dans un coin de ma tête. J’espère retourner sur ma planète lointaine courant 2019, mais d’ici là, je vais tâcher de me dégager du temps pour relire toute la première partie du manuscrit.

En avant pour le cycle !

Les premiers jets des tomes 3 et 4 de Puce et Globule sont maintenant partis en relecture. Avec la nouvelle mouture du cycle CoCyclics (et surtout, avec son accès plus facile et rapide qu’avant !), j’ai sauté sur l’occasion et ai trouvé un bêta-lecteur supplémentaire par ce biais, quand bien même j’annonçais des contraintes temporelles plutôt serrées 🙂 C’est la magie de cette communauté.
(Si vous n’avez pas jamais entendu parler de CoCyclics avant de lire ce billet et que vous voulez en savoir plus sur le travail de bêta-lecture qui y a cours, rendez-vous sur cette page ou venez vous inscrire sur le forum !)
Mais pendant que mes bêta travaillent, je ne prends pas de pause pour autant : non, je me documente et je réfléchis aux éléments ludiques qui se glisseront dans ces nouveaux épisodes (à cette occasion, je peux le dire haut et fort : j’ai maintenant une excuse toute trouvée pour me ruiner en littérature jeunesse 😀 si je tombe sur un album qui aborde le corps humain, je me précipite dessus… ben oui, c’est pour l’écriture !!! Et c’est toujours chouette de voir ce que font les autres auteurs sur le sujet).

Dernièrement, j’ai craqué et ai acheté des livres rigolos et/ou pédagogiques en lien avec le fonctionnement du corps humain, adaptés aux plus jeunes.

Et puis en ce début 2018, j’ai eu la chance de bêta-lire aussi deux pépites :
– Un roman adulte de science-fiction, plein de douceur et d’espérance (comme j’aimerais en trouver plus souvent en littérature). Merci Anaïs pour cette lecture, je te souhaite très fort qu’il trouve preneur pour que d’autres aient la chance de le lire 🙂
– Un roman ado à l’univers qui ne pouvait que me ravir, moi l’adoratrice des jeux sous toutes ces formes !! Une adaptation très très trèèèèès prometteuse des Loups de Thiercelieux (ouiii \o/ ), sur laquelle je ne peux que vous conseiller de vous ruer lors de sa sortie. Merci à Paul et Silène pour cette gourmandise littéraire 🙂

Et sur les plateformes d’écriture ?

Sur Wattpad, je rêve de trouver un peu de temps pour raconter la suite des aventures de Cassy, ma baroudeuse des Echos Stellaires. La troisième « saison » est en attente depuis… piouf ! Au moins 2 ans ? En quelque sorte, Au bout de la route est né de cette mini-série sur Wattpad, avec mon envie de planet opera et de personnage au ton familier, très oral (même si bien sûr, le scénario a changé du tout au tout depuis…). Les Echos ont été bien appréciés et j’espère pouvoir prendre une petite semaine à Noël (soyons fous !) pour rejoindre Cassy et ses embrouilles.

Il y a quelque temps, j’avais repéré une autre plateforme, très liée à une maison d’édition celle-ci, puisqu’il s’agit de 404-factory (pour 404 éditions). Rien que le nom de l’éditeur m’avait interloqué à l’époque, et j’avais vite compris que la ligne de 404 était très axée univers ludiques… Alors, quand j’ai appris la réouverture de leur concours (un appel à textes pour les romans, en somme), il n’en fallait pas plus pour que je poste FVJ dessus. 

Rebaptisé Ludonesia pour l’occasion, ce roman, c’est mon chouchou (bon ok, je les aime tous, mes romans ; mais celui-là, comme Puce et Globule pour la jeunesse, possède un univers qui est cher à mon cœur, car façonné de jeux). Ecrit en 2015 et retravaillé pendant deux ans derrière, je désespérais d’en faire quoi que ce soit. Il faut dire que le bébé pèse lourd (près d’1,1 millions de signes). On est à fond dans de la fantasy, avec surenchère de magie et d’effets spéciaux et une bonne dose de références ludiques… Du coup sur 404, je le trouve bien entouré et surtout à une place plus amusante qu’au fond d’un tiroir, une place où il pourra continuer d’être lu 🙂
Je n’aurai probablement pas le temps de m’y consacrer en 2019 (trop de choses déjà prévues), mais en 2020, j’espère bien retourner dans Ludonesia pour y raconter une autre histoire !!

Un très bel été à vous, les loulous ! 🙂giphy

Et une virée dans la littérature jeunesse, une !

No Comments

Un projet de petite série jeunesse me trottait en tête depuis quelque temps…
Petite, j’aimais beaucoup m’amuser avec mon microscope, regarder ce qu’il y avait dans une goutte de sang ou à quoi ressemble un cheveu.
Au lycée, j’ai pris l’option « sciences et techniques de laboratoire » (vous savez, STL), histoire de faire joujou avec un Bec Bunsen, des hottes, de la javel et des boîtes de Pétri. On faisait claquer nos gants, on faisait de la musique avec nos pipettes (qui se cassaient souvent) et la couleur jaune des petites poubelles de paillasse me paraissait alors incroyablement excitante (pour mon avenir professionnel seulement – ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit).
Plus tard, à la faculté, j’ai pris microbiologie en spécialité de licence. J’étais frustrée : deux ans de DEUG (pour les plus jeunes, c’est ce qui correspondait à L1 et L2 aujourd’hui… OUI, CA S’APPELAIT ENCORE DEUG A MON EPOQUE) à apprendre des schémas de biologie végétale et animale par cœur, et aucun organisme microscopique à étudier.
J’allais prendre ma revanche.
Cette année-là, j’ai appris toute la classif’ de virologie par cœur (et avec cœur)
J’ai dessiné des smileys en faisant des cultures microbiennes.
J’ai écrit un article sur le virus de la rage.
Je me suis émerveillée sur les plasmides et les mutations bactériennes.
J’ai fait pas mal de cata en TP (toujours avec le sourire… un pseudo dont très peu se souviendront m’a collé à la peau pendant un an).
Et j’ai poussé le vice jusqu’à étudier les champignons dans mon frigo d’étudiante…
J’ai adoré cette année de licence.
Je veux dire : il n’y a pas plus drôle et magique  que les micro-organismes ! 🙂 Parce que, au-dessus d’une boîte de Pétri, vous avez pendant quelques heures à quelques jours l’impression de créer tout un monde, plein de couleur, plein de vie.
Un peu comme quand on crée un univers pour un roman.

Cette année, je voulais écrire de la jeunesse.
J’ai donc pris le nano pour poser le premier jet d’un roman. Hop, voilà qui est fait 😀 Il est court (65000 signes pour l’instant), et je l’ai écrit en pensant à la petite fille de 7-8 ans que j’ai été, qui aimait déjà beaucoup les volcans, les dinosaures, l’Antiquité, mais aussi et surtout l’infiniment petit.

Il faut peut-être que j’en dise un peu plus sur le texte…

Puce & Globule (c’est le titre provisoire de cette petite série), c’est un peu Il était une fois la vie… mais en plus romancé (en tout cas, c’est ce que je vise, ce que j’espère) et surtout avec plus de fantasy (la série télévisée avait une esthétique plutôt sf lorsqu’on se trouvait dans le corps humain ; cette esthétique ne convient pas à l’idée de merveilleux que je souhaitais développer).

Il était une fois la vie (A. Barillé et Barbaud)

Puce & Globule, c’est aussi une histoire double : d’un côté, on suit ce qui se passe pour Coline, Siméon et Indiana, un trio de choc pour « le dehors » ; de l’autre, on accompagne Puce, Globule, Terrible et plein d’autres petits héros dans leurs aventures au sein du royaume de Coline (l’intérieur de son corps). Entre l’histoire extérieure et l’histoire intérieure, j’ai voulu créer un jeu de miroirs 🙂

J’aimerais réussir à écrire plusieurs tomes indépendants, à chaque fois autour d’un événement ou d’une question différente sur le système immunitaire, la façon dont il réagit aux intrusions (bactériennes, virales). J’ai déjà trois ou quatre autres idées pour les prochains tomes mais avant de les exploiter, j’ai… Ahem… d’autres romans qui attendent d’être corrigés et comme je ne suis pas du genre à balayer un planning qui fonctionne plutôt bien, je vais m’en tenir à ce que j’ai prévu pour cette fin d’année (c’est à dire retourner sur Trameurs, mon 1er roman que je traîne depuis 2012… et puis peut-être écrire quelques nouvelles aussi ?).

En tout cas, une chose est sûre : je n’en ai pas terminé avec Puce & Globule. L’infiniment petit, c’est vraiment tout un monde à explorer, un monde rempli de magie et de batailles. Un monde que je suis bien contente de retrouver grâce à l’écriture 🙂 Et vous savez quoi ? Le voyage ne fait que commencer 🙂