Des corrections sans fin (ou presque)

Je manque cruellement d’idées pour ce blog, alors je les pique aux copines 😛 (merci Elodie). Ajoutez à cela que je viens de terminer une nouvelle phase de corrections sur un mastodonte d’un million de signes… Un billet sur le sujet me semble approprié.

Tous les auteurs sont différents et donc, ce qui va suivre ne vaut que pour moi. Peut-être certains d’entre vous s’y reconnaîtront, peut-être pas. L’important dans l’histoire, c’est  à mon avis d’apprendre à se connaître et ne pas aller à l’encontre d’un fonctionnement qui nous convient, même si celui-ci peut changer à chaque texte !!

Une histoire de pâte à modeler

Pour moi, une correction (que ce soit pour un texte court ou long) n’est jamais autant efficace qu’avec plusieurs passages consécutifs. Je m’en suis rendue compte plus facilement sur les romans que sur les nouvelles, mais au final, je sens bien que j’ai besoin de ces multiples passages sur n’importe quel texte pour être contente du résultat. Pour enfin pouvoir me dire « ok, là tu as une version satisfaisante, c’est à dire qui ne jure pas à tes oreilles et avec un peu de chance, ça ne jurera pas aux oreilles des lecteurs ».

clay-1754170_1920

Quand on travaille sur un bloc de pâte à modeler, on va d’abord chercher la forme générale de ce qu’on souhaite obtenir. Et ensuite, on va affiner petit à petit, ôter de plus petits fragments, les replacer autre part. Ce genre de corrections va sans aucun doute introduire de nouveaux problèmes qui n’étaient pas là au départ, mais qu’à cela ne tienne : la pâte à modeler peut être de nouveau modifiée, la forme peut être de nouveau corrigée.
Pour mes textes, je travaille de la même façon qu’avec ce bloc à modeler. Je reste consciente des soucis que je peux introduire tout en réglant un premier problème. Les phases de relectures-corrections répétées me permettent à chaque fois de rééquilibrer, pour m’approcher du texte final.

Le temps qu’il faut

Avec les années, j’ai appris à le prendre, ce temps. Surtout entre les différentes phases de relecture-corrections dont je vous ai parlé juste avant. Déjà, rien que pour répondre à un appel à textes de nouvelles, j’ai vite ressenti le besoin d’écrire le texte plusieurs semaines / mois à l’avance, « juste » pour avoir un temps de pause entre le moment d’écriture et le moment de corrections. Ça a été encore plus flagrant lorsque je me suis attaquée aux romans. Trois ou quatre mois de « décantation » du texte et là, ses défauts (pas tous, loin s’en faut, mais disons ceux auxquels je suis le plus sensible en tant que lectrice et ceux que j’ai appris à traquer parce qu’ils font partie de mes défauts récurrents) me sautent littéralement aux yeux.
J’essaie donc de laisser du temps entre chaque phase de relecture-corrections.

temporal-distance-1990035_1920

Pendant la correction proprement dite, c’est une autre histoire.
En sortant d’une nouvelle phase de travail sur FVJ (le fameux mastodonte de 1M de signes), une phase qui a duré plusieurs mois, je me suis rendue compte que je n’avais pas corrigé « exactement » de la même façon le début et la fin du texte. Comme si, de la même manière qu’à l’écriture du premier jet, le « ton » de mes corrections avait évolué. Ça peut être dû à plein de choses : un changement d’avis en cours de route sur tel ou tel élément à modifier, un oubli, une humeur différente au moment d’aborder le texte, etc. Quoi qu’il en soit, avec au moins 7 ou 8 mois d’écart entre le début et la fin du roman, j’ai constaté une différence.
Ce qui me fait dire qu’il est important pour moi, notamment pour les corrections finales, de relire vite, très vite. C’est une difficulté supplémentaire pour la tortue que je suis, mais ça me semble aujourd’hui indispensable.
Du coup, avant de refiler le texte à deux nouvelles relectrices, j’ai refait un passage express dessus. En 20 jours. Je sais d’emblée que ce ne seront pas les dernières corrections, le texte est tellement volumineux qu’il contient à mon avis encore pas mal de scories, mais la prochaine fois, je sais qu’il ne me faudra pas traîner plusieurs mois dessus.

Entre lectures, papiers et logiciels dédiés

Je me balade en permanence avec des calepins pour saisir les idées au vol (surtout que mes temps de transport sont chez moi très propices à leur apparition). Je lis des romans en lien avec mes corrections ou un point que je souhaite travailler en particulier, pour comprendre, continuer d’apprendre des autres. Je tiens un calendrier des jours de correction, pour la motivation. Et j’utilise la force d’outils dédiés : Antidote pour les retouches ; Scrivener pour la puissance de ses prises de notes (notes générales, notes par scènes) et la gestion du chapitrage.

scrivener
Capture d’écran de Scrivener (le chapitrage à gauche, les notes à droite)

Pour ce travail de correction, je ne m’interdis aucun outil, à condition qu’il m’aide vraiment. Quelquefois, on a l’impression que les outils dont on s’empare nous freinent et du coup, je pense qu’il est préférable de s’écouter ; c’est sans doute parce que ça ne colle pas avec son propre fonctionnement à l’instant T (cf. l’intro de ce billet), alors pourquoi s’acharner ? Peut-être que l’outil en question conviendra bien à un autre auteur, peut-être même que ça conviendra pour un prochain texte. Dans le doute, tester permet de s’en rendre compte assez vite. Il y a quelques années, j’ai laissé tomber µwriter parce qu’à ce moment-là, ça me bloquait. Pourtant aujourd’hui, j’utilise Scrivener tous les jours et je ne m’en lasse pas.

Mais y a-t-il vraiment une fin à tout ça ?

Eh bien, oui. Et heureusement !
Corriger est un long processus, ça demande une montagne d’efforts. Chez moi, le processus commence même pendant l’écriture du premier jet d’un texte, parce que je ne peux pas m’empêcher de relire une scène avant d’écrire la suivante (et du coup, j’en profite pour retoucher…), et il se termine quelques mois (années ?) plus tard. Il y a des textes qui demanderont vraiment plus de temps et d’investissements que d’autres à la correction, ce n’est jamais gravé dans le marbre, et c’est sans doute ce qui rend ce travail intéressant. Il reste encore de la surprise, même si ce n’est pas la même que pendant le 1er jet.
J’ai aussi la chance d’avoir fini par « accepter » le fait que corriger prend du temps. Au début, ce n’était pas du tout le cas et ça me causait pas mal de frustrations. Il y avait une forme d’impatience à vouloir obtenir un texte fini, une envie de « se contenter de ». Ça aussi, j’ai fini par m’en débarrasser.
Mais le tout est de ne pas tomber non plus dans l’excès inverse. Savoir s’arrêter de corriger et poser un point final à ce travail, parce qu’il y a d’autres histoires qui attendent de fleurir et que ce serait dommage de passer toute sa vie sur une seule. C’est quand même le luxe de l’écrivain que d’avoir plusieurs vies… Alors autant se faire confiance et apprendre à lâcher prise au « bon » moment pour chaque texte.

En fait, corriger c’est comme écrire on dirait : c’est un numéro d’équilibriste 😉

Semaine 4 [Du 15 au 21 juillet] – Réécriture des Mercenaires du Temps

No Comments

montres-molles-daliLe travail se poursuit, lentement mais sûrement 🙂
Une petite semaine que cette quatrième – quelques ajouts de description, pas de modification majeure (à l’exception bien entendu du nouveau personnage, qui continue à s’insinuer partout, mais il faut bien lui donner consistance…), pas d’ajout de scène.
L’une de mes craintes est d’en dire trop à ce stade du récit. L’univers des MT est assez torturé, mais ne pas entretenir assez de mystère risque d’essouffler totalement le lecteur. Je pense que c’est un souci récurrent dans beaucoup d’écrits : trouver cet équilibre n’est pas facile car lorsqu’on tient la plume, on connait l’univers de A à Z, et il est tentant de tout expliciter par souci de clarification… Alors qu’en réalité, tout expliciter est le meilleur moyen pour perdre le lecteur (dans le sens où il arrêtera de lire : par manque d’interrogations en suspens, l’histoire ne revêt plus aucun intérêt à être découverte).

La cinquième semaine s’annonce plus sportive : une nouvelle scène doit voir le jour, les changements suite à l’intégration du nouveau personnage se font plus profonds. To be continued !

Semaine 3 [Du 8 au 14 juillet] – Réécriture des Mercenaires du Temps

No Comments

montres-molles-daliLa semaine est mouvementée au niveau personnel.
Pas facile de trouver du temps pour l’écriture, mais avoir une deadline et des objectifs hebdomadaires demeure extrêmement motivant pour la poursuite de ce travail.
Je profite du camp NaNo pour tenter de compter le nombre de mots ajoutés. Une vraie galère, puisqu’il faut comparer entre l’ancien montant et le nouveau à chaque fois (je ne vois pas comment faire autrement). Autant dire que je ne mets pas souvent à jour le compteur du site dédié ! Je pense me limiter à une mise à jour hebdomadaire, et tant pis pour les statistiques quotidiennes du chalet. Après tout, en phase de réécriture, l’objectif premier n’est pas d’ajouter des mots coûte que coûte… Mais plutôt d’améliorer le récit, ce qui peut amener à faire disparaître des pans entiers de la première mouture.

J’ai utilisé le weekend précédent pour remettre à plat mon scénario, revoir la fin (qui ne me convenait pas). Le déroulement chronologique et les éléments historiques de l’univers des MT se retrouvent donc cloués au mur et s’étalent sur deux feuilles A3. Pour compléter cela, j’ai débuté un découpage scénique sur tableur ; bien que je sache où aller grâce aux frises chronologiques, il m’est toujours appréciable de pouvoir sauter d’une scène à l’autre et de ré-écrire de façon non linéaire : cet outil m’aide à conserver une trace du travail, savoir quelle scène a déjà été retravaillée, ce qu’il reste à écrire, à ajouter au récit.

Cette semaine, je m’attèle donc à la réécriture de deux scènes existantes, et à l’ajout d’une troisième (permettant de donner plus de place à un personnage qui était anecdotique dans la 1ère version des MT – j’en parlais ici). Ces scènes signent la fin du premier tiers du récit, la fin d’une introduction. Mes protagonistes quittent leur zone de confort. J’ai hâte de passer au second tiers !

Je garde aussi en tête l’envie de modifier ce titre, « Mercenaires du Temps », qui par ailleurs je crois a déjà été utilisé pour un autre roman… Le terme de trame va revenir souvent dans mon récit, car il est utilisé pour représenter la structure temporelle. Le double-sens de ce terme me plait, pour les analogies qu’il permet. Je pense conserver cette idée pour introduire de l’originalité dans le titre (l’actuel me sort littéralement par les yeux !).