DMV #2 : Écouter une ville dans ses années folles

No Comments

Il y a quelque années maintenant, j’ai voulu écrire une nouvelle sur New York (qui finira par paraître un jour, bien que le « quand » reste indéterminé !). Comme souvent, pour l’écriture de nouvelles, j’essaie de m’améliorer sur un point en particulier et à l’époque, je voulais travailler sur l’ambiance sonore dans mes descriptions.

Aussi, en matière de décor, j’ai assez vite pensé à la grande Pomme durant ses années folles, période connue comme particulièrement bruyante. Mes recherches en la matière m’ont conduit jusqu’à un site web étonnant : The Roaring Twenties, sur lequel j’aime bien retourner de temps à autre, d’où sa place méritée Dans Ma Valise #2.

The Roaring Twenties

The Roaring Twenties vous permet tout simplement de vous balader dans le NY des années 20. Il y a des vidéos, mais ce n’est pas le principal contenu de ce site, qui vous invite surtout à un voyage sonore. Clic après clic, le bruit de la ville vous parvient : les klaxons, le trafic automobile, le grincement des tramways, les radios diffusées en pleine rue, les sirènes de pompiers, le tintement des cloches alertant du brouillard, le grondement des travaux, les musiciens sur les trottoirs… À cette époque, le nombre de plaintes pour tapage sonore a fleuri, comme en atteste ce tableau.

Le petit « plus » de cette 2ème DMV est indéniablement la vieille carte de NY qui permet de localiser toutes les prises sonores : immersion garantie 🙂

Repas aoûtien : une entrée ludique, le retour des coquille(ttes au beurre), et une tarte à la Grosse Pomme

No Comments

Aaah.
Ce moment où vous pouvez enfin prendre le temps pour vous, sans aucune contrainte horaire…
Ce moment où vous pouvez profiter de parcs verdoyants, de pique-niques sous une pluie battante un soleil éclatant, de jeux sous la flotte d’eau…
Ce moment où vous pouvez enfin profiter pleinement de votre nouvel ampli tout neuf et  sauter partout comme un éléphant danser comme une pro dans votre salon sans vous inquieter de l’avis des voisins parce que, de toute façon, ils sont partis loin.
Ca fait une semaine que ça dure, j’aimerais bien que ce soit comme ça toute la vie, tiens.

VACANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNCES !

Comme j’ai du temps, ça signifie que j’ai plein de temps pour l’écriture, par ricochet.
Résultat, cette première semaine de vacances s’est soldée par l’écriture d’une nouvelle… (bon d’accord, qui tire tout doucement vers la novella, vu la longueur et le développement des personnages, mais qu’importe). L’Appel à textes des éditions Rivière Blanche, intitulé « Visa pour New York« , me faisait beaucoup envie, donc je me suis payée un petit voyage dans le temps, dans les Années Folles américaines. Pour celles et ceux qui auraient envie de participer, c’est jusqu’au 31 août que ça dure.
Sinon, je continue de réfléchir à mon prochain univers (de fantasy, qui fera sans doute la part belle au ludique… mais je reviendrai en parler plus longuement lorsque j’aurai un pitch valable). Ca prend forme, lentement mais sûrement. 2015 n’est pas encore là, de toute façon.
Et puis, mes deux prochaines semaines de farniente total vacances seront consacrées aux Coquilles vides, ce roman d’anticipation dont j’ai terminé le 1er jet en début d’été (pour le pitch, c’est par là). Il est temps de se plonger dans les premières corrections. Revoir quelques scènes par ici, ajouter quelques détails par là… Mes adorables beta-lecteurs m’ont déjà pointé des incohérences que je vais m’empresser de gommer. C’est reparti pour une assiette de coquilles bien remplies …