CoCyclics : Tour d’horizon d’une communauté qui met l’écriture au travail !

No Comments

La plupart d’entre vous le savent : ça fait pas mal de temps maintenant que je traîne ma carcasse sur CoCyclics (environ 6 ans, il me semble). Je n’étais pas là à sa création, mais j’ai tout de même vu ce forum, cette communauté évoluer en même temps que je suivais mon propre chemin dans le monde de l’écriture.

Sans CoCyclics, je ne serais pas l’écrivaine que je suis aujourd’hui. Cet espace a été si enrichissant pour moi, en tant que personne, mais aussi pour mon métier d’auteur, qu’il m’est souvent difficile d’en parler sans avoir l’impression d’utiliser des mots trop faibles.

Alors, vu que je viens de sortir d’un « grand chelem » (entendez par là que pour l’écriture de mon dernier roman, je suis passée par toutes les sections de travail – ou presque ! – de CoCyclics), je me suis dit que c’était l’occasion pour vous présenter le forum plus en détails. C’est parti pour un tour d’horizon de la mare aux grenouilles !

Section des Challenges 1er jet : pour se jeter à l’eau en étant bien entourée

La section des « Challenges premier jet » est, comme son nom l’indique, réservée aux membres qui souhaitent présenter un roman sur lequel ils sont en cours d’écriture. C’est une sorte de camp NaNoWriMo, pour celles et ceux qui connaissent déjà ce principe : sur les Challenges, on cherche à terminer un roman, on se fixe sur l’année ses propres objectifs de volume, d’écriture, et on a la possibilité de partager des extraits. C’est une section super quand on ressent le besoin de poser noir sur blanc ses objectifs à atteindre pour se motiver, mais les Challenges sont aussi faits pour les membres qui cherchent du soutien pendant la phase d’écriture. La communauté adore découvrir de nouveaux récits et vient encourager les challengers sur leur fil dédié 🙂

Le + des Challenges pour moi, c’est justement ce côté social : grâce à un texte, on tisse du lien avec d’autres membres du forum et une fois le premier jet finalisé, ça peut conduire à des échanges de bêta-lecture et/ou à des amitiés de longue durée 🙂

Section des Cycles : la bêta-lecture des romans aux petits oignons

Une fois que vous avez finalisé votre premier jet, et si vous avez le statut de cycliste sur le forum (je vous mets le lien pour savoir comment faire), vous pouvez proposer votre roman « en cycle », c’est à dire demander à d’autres cyclistes de la communauté de bêta-lire votre roman.

Mais quels avantages présente le cycle par rapport à une bêta-lecture de votre texte effectuée hors-cycle, me direz-vous ?

J’en vois trois énoOOrmes :
– Le cycle, c’est un engagement, à la fois du côté de l’auteur qui propose son texte, que du côté des cyclistes qui se proposent comme bêta-lecteurs. En tant qu’auteur, cet engagement est une assurance supplémentaire de recevoir un retour sur votre texte, mais aussi une motivation supplémentaire pour corriger, car votre cycle va être suivi !
– En tant qu’auteur, vous avez le pouvoir de choisir le type de retour que vous désirez (il existe plusieurs formules de cycle, mais vous pouvez très bien faire ça à la carte) et vous allez aussi choisir avec qui vous souhaitez travailler. Chaque cycliste possède en effet un carnet de bord, sorte de « port-folio » de ses bêta-lectures et de ses appétences personnelles.
– Pendant le cycle, vous êtes entourés : les autres membres viennent vous encourager, mais aussi et surtout, une équipe de choc est là pour faire en sorte que le cycle se déroule bien et que les engagements soient tenus 🙂

Section de la Mère Fouettarde : pour corriger tout en étant or-ga-ni-sé

De la même façon que pour votre premier jet, vous avez la possibilité sur CoCyclics de recevoir coups de fouet et encouragements chocolatés afin d’avancer dans vos corrections 🙂

La section de la Mère Fouettarde vous propose de poser des objectifs hebdomadaires afin de jalonner vos corrections de points d’étape. Vous pouvez aussi y ouvrir un fil d’Objectif à Long Terme (OLT), si vous souhaitez viser une date précise pour la fin de vos corrections.

Le but est toujours le même : progresser dans l’écriture en trouvant des sources de motivation, qu’elles soient intrinsèques ou extrinsèques.

La Mère Fouettarde est une section qui, pour moi, complète ce qui se passe dans les Challenges premier jet : d’abord, on écrit, et ensuite, on corrige.
Son existence même rappelle la nécessité de relire et peaufiner son texte avant tout envoi.

Section des Papyrus : pour faire bêta-lire des extraits

Que l’on soit passé par le cycle ou non, on a quelquefois besoin de regards complémentaires sur un passage précis de son texte. Les Papyrus sont faits pour ça : c’est, avec les Challenges, une section d’accueil sur CoCyclics, et sans doute l’une des sections les plus importantes, car c’est là que tous les membres font leurs premiers pas en bêta-lecture.

Pour chaque roman, on peut poster jusqu’à 5 extraits (de 15 000 signes max) dans les Papyrus. De façon spontanée, les membres intéressés se proposent pour vous faire un retour.

A mon arrivée sur CoCyclics, je n’étais pas fan de cette section, frustrée à l’idée de ne pas pouvoir lire des romans entiers. Mais avec le temps, j’ai un peu changé d’avis. Je me suis aperçue qu’on pouvait dire beaucoup d’un roman à partir d’un simple extrait et que, tout ressenti exprimé pourra aider l’auteur, peut-être même au-delà de ces 15 000 signes 🙂 Sans compter que faire des bêta-lectures permet aussi d’apprendre énormément sur sa propre écriture ! C’est gagnant-gagnant, cette histoire 🙂

Section du Bain à Bulles : pour être créatifs à plusieurs !

Quelquefois, on ne sait pas comment un personnage va se sortir d’un mauvais pas dans lequel on l’a fourré. Ou bien on cherche à nommer certaines espèces extraterrestres de façon à ce que ce soit cohérent avec son univers. De mon côté, je cherchais plein d’idées d’expressions laineuses à intégrer harmonieusement à mon texte.

La section du Bain à Bulles est faite pour ça. Vous posez une question précise, et les propositions (les « bulles ») pleuvent autour de vous ! C’est une sorte d’espace de brainstorming appliqué à l’écriture. J’adore cette section du forum parce qu’elle fourmille d’idées toutes plus folles les unes que les autres. C’est très stimulant, a fortiori quand on écrit de l’imaginaire !

Section des Masques et Tubas : pour un coup de palme salvateur

Quelquefois, on cherche à rendre une scène plus réaliste, à éviter l’anachronisme ou bien à suivre des protocoles précis, qu’ils soient scientifiques ou judiciaires…

Eh bien la section des Masques et Tubas est là pour vous aider. C’est ici que les experts d’un domaine vous répondent 🙂 Parce que les grenouilles ne sont pas que des écrivaines, non : elles sont enseignantes, médecins, chercheurs, juristes, passionnées par mille et un autres sujets de société. J’ai eu pour ma part beaucoup de questions à poser dans le champ du soin ou de l’astronomie, et j’ai toujours trouvé réponse dans les Masques et Tubas <3

Section du Crawl : pour peaufiner pitch et synopsis

Presque toujours, quand vous prévoyez d’envoyer votre roman à des maisons d’édition, vous êtes contraints de préparer des textes d’accompagnements (accroche/pitch, synopsis ou résumé) qui vont permettre aux éditeurs d’éplucher plus rapidement les propositions reçues. L’écriture de pitch et synopsis n’est pas un exercice très réjouissant, mais on n’a pas vraiment le choix…

L’avantage du Crawl, c’est que des membres du forum vont pouvoir vous donner un avis éclairé sur la construction de ces textes d’accompagnements, afin de vous aider à les améliorer. Ils vont en faire une bêta-lecture, tout comme ils l’auraient fait pour un extrait de votre roman dans les Papyrus.

C’est vraiment sur CoCyclics que j’ai tout appris des pitchs et synopsis.

Section du Grand Bleu : pour être épaulé lors du plongeon dans les eaux éditoriales

Ça y est ! Votre roman est prêt… Il va falloir sauter le pas maintenant 🙂 Le monde de l’édition est vaste, on peut vite s’y perdre.

Du coup, sur CoCyclics, chacun peut ouvrir un fil pour parler de ses prospections éditoriales, recevoir de l’aide pour le choix des éditeurs (en marge de la consultation du GGG !) ou pour sa stratégie d’envoi , mais aussi parler de l’après, des négociations s’il y a un « oui », du droit, des conditions contractuelles… La section du Grand Bleu, c’est une section riche où on peut recevoir du soutien et des conseils durant cette période de lonnnnnnnngue attente, parce que d’autres sont déjà passés par là et peuvent vous aiguiller en faisant part de leurs propres expériences.

(Attention : le Grand Bleu est une section réservée aux cyclistes. Son contenu n’est donc pas visible par tous.)

C’est rigolo, mon billet se termine par des sections de plus en plus aquatiques dans leurs appellations (l’effet de la canicule sur mon cerveau, sans doute… )

Avec tout ça, j’espère que ça donnera envie à celles et ceux qui écrivent de l’imaginaire de venir passer des vacances dans notre jolie mare 🙂 En plus, il y a un fameux Tour qui commence bientôt… On se retrouve là-bas ?

Ecriture : Le bilan de la (presque) vacancière pour 2018 !

No Comments

Ça se sent, la fille qui se trouve entre la fin d’une période d’écriture et le début d’une phase de corrections ? 😀 Trois billets en trois semaines, du jamais-vu par ici… On va dire que j’en profite pour me faire pardonner auprès de monsieur Blog, que je délaisse de façon éhontée depuis des mois… J’ai pas trop de souci d’inspiration côté fiction, mais quand il s’agit de venir donner des nouvelles sur ces pages, dur dur de démarrer la machine.
Du coup, pour ce bilan avant le départ en vacances, je vais rester méthodique et y aller progressivement !

Un démarrage sur les chapeaux de roue (et aucun freinage annoncé !)

J’ai commencé l’année en compagnie de Puce et Globule. Un tome 2 à boucler, puis les corrections éditoriales et le travail autour des illustrations ont débuté dans la foulée pour les deux premiers volumes de la série. Les allers-retours ont été fréquents pendant le premier semestre, surtout pour peaufiner la partie énigmes et jeux (mais je reviendrai vous parler de tout ça un peu plus tard).
Entre-temps, j’ai débuté l’écriture d’un roman adulte dont je vous avais vaguement parlé : Au bout de la route, un planet opera intimiste avec une mère et ses deux enfants coincés dans un environnement hostile… J’ai dû m’interrompre après avoir dépassé la moitié du premier jet, car le travail sur Puce et Globule a soudain pris de l’ampleur : il me fallait préparer assez rapidement les synopsis détaillés des 3ème et 4ème tomes de la série. Avec les délais à tenir, je préfère donc pour l’instant me consacrer tout entière à mes petits héros et à leur univers que je prends énormément de plaisir à étoffer au fil des épisodes 🙂 Au bout de la route est en stand-by dans un coin de ma tête. J’espère retourner sur ma planète lointaine courant 2019, mais d’ici là, je vais tâcher de me dégager du temps pour relire toute la première partie du manuscrit.

En avant pour le cycle !

Les premiers jets des tomes 3 et 4 de Puce et Globule sont maintenant partis en relecture. Avec la nouvelle mouture du cycle CoCyclics (et surtout, avec son accès plus facile et rapide qu’avant !), j’ai sauté sur l’occasion et ai trouvé un bêta-lecteur supplémentaire par ce biais, quand bien même j’annonçais des contraintes temporelles plutôt serrées 🙂 C’est la magie de cette communauté.
(Si vous n’avez pas jamais entendu parler de CoCyclics avant de lire ce billet et que vous voulez en savoir plus sur le travail de bêta-lecture qui y a cours, rendez-vous sur cette page ou venez vous inscrire sur le forum !)
Mais pendant que mes bêta travaillent, je ne prends pas de pause pour autant : non, je me documente et je réfléchis aux éléments ludiques qui se glisseront dans ces nouveaux épisodes (à cette occasion, je peux le dire haut et fort : j’ai maintenant une excuse toute trouvée pour me ruiner en littérature jeunesse 😀 si je tombe sur un album qui aborde le corps humain, je me précipite dessus… ben oui, c’est pour l’écriture !!! Et c’est toujours chouette de voir ce que font les autres auteurs sur le sujet).

Dernièrement, j’ai craqué et ai acheté des livres rigolos et/ou pédagogiques en lien avec le fonctionnement du corps humain, adaptés aux plus jeunes.

Et puis en ce début 2018, j’ai eu la chance de bêta-lire aussi deux pépites :
– Un roman adulte de science-fiction, plein de douceur et d’espérance (comme j’aimerais en trouver plus souvent en littérature). Merci Anaïs pour cette lecture, je te souhaite très fort qu’il trouve preneur pour que d’autres aient la chance de le lire 🙂
– Un roman ado à l’univers qui ne pouvait que me ravir, moi l’adoratrice des jeux sous toutes ces formes !! Une adaptation très très trèèèèès prometteuse des Loups de Thiercelieux (ouiii \o/ ), sur laquelle je ne peux que vous conseiller de vous ruer lors de sa sortie. Merci à Paul et Silène pour cette gourmandise littéraire 🙂

Et sur les plateformes d’écriture ?

Sur Wattpad, je rêve de trouver un peu de temps pour raconter la suite des aventures de Cassy, ma baroudeuse des Echos Stellaires. La troisième « saison » est en attente depuis… piouf ! Au moins 2 ans ? En quelque sorte, Au bout de la route est né de cette mini-série sur Wattpad, avec mon envie de planet opera et de personnage au ton familier, très oral (même si bien sûr, le scénario a changé du tout au tout depuis…). Les Echos ont été bien appréciés et j’espère pouvoir prendre une petite semaine à Noël (soyons fous !) pour rejoindre Cassy et ses embrouilles.

Il y a quelque temps, j’avais repéré une autre plateforme, très liée à une maison d’édition celle-ci, puisqu’il s’agit de 404-factory (pour 404 éditions). Rien que le nom de l’éditeur m’avait interloqué à l’époque, et j’avais vite compris que la ligne de 404 était très axée univers ludiques… Alors, quand j’ai appris la réouverture de leur concours (un appel à textes pour les romans, en somme), il n’en fallait pas plus pour que je poste FVJ dessus. 

Rebaptisé Ludonesia pour l’occasion, ce roman, c’est mon chouchou (bon ok, je les aime tous, mes romans ; mais celui-là, comme Puce et Globule pour la jeunesse, possède un univers qui est cher à mon cœur, car façonné de jeux). Ecrit en 2015 et retravaillé pendant deux ans derrière, je désespérais d’en faire quoi que ce soit. Il faut dire que le bébé pèse lourd (près d’1,1 millions de signes). On est à fond dans de la fantasy, avec surenchère de magie et d’effets spéciaux et une bonne dose de références ludiques… Du coup sur 404, je le trouve bien entouré et surtout à une place plus amusante qu’au fond d’un tiroir, une place où il pourra continuer d’être lu 🙂
Je n’aurai probablement pas le temps de m’y consacrer en 2019 (trop de choses déjà prévues), mais en 2020, j’espère bien retourner dans Ludonesia pour y raconter une autre histoire !!

Un très bel été à vous, les loulous ! 🙂giphy

Trameurs : Une pause avant le sprint final

Il y a quelque temps déjà (un an et demi, je crois), je me préparais à une quatrième réécriture de Trameurs, dans le cadre d’un cycle CoCyclics (si vous voulez en savoir plus sur ce processus, je vous invite à consulter cette page).

Un an et demi, deux autres romans et quelques nouvelles plus tard, j’ai enfin mis un terme à cette réécriture, qui a encore bouleversé toute la deuxième partie du texte, dont le final. Il y a encore des éléments (notamment dans cette seconde partie) qui me posent souci, mais je crois que je suis arrivée à un nouveau stade d’essoufflement… Cela fait maintenant presque 4 ans que je côtoie Vadir, Gama, Mélodie et toute la clique, et après 4 réécritures (de plus en plus affinées, mais tout de même), j’ai besoin de refaire une pause.

Au fil des textes, je me rends compte que prendre son temps est quelque chose d’essentiel, pour moi.
D’abord parce que je suis capable de me lasser assez vite d’un univers ; un peu comme pour les voyages, je n’aime pas stagner à un seul endroit, je suis plutôt du genre à vouloir vadrouiller, découvrir sans cesse de nouvelles choses. Avec Trameurs, j’atteins vraiment le paroxysme de ce sentiment de lassitude.

Ensuite, parce qu’à dépenser trop de temps sur un même texte, qu’il soit long ou court, je finis par ne plus voir ses forces du tout. En janvier, ça faisait bientôt un an que je n’avais pas pris de nouvelles de mes Trameurs, et les retrouver après si longtemps m’a fait plaisir, comme lorsqu’on revoit des vieux amis après un temps d’absence. Aujourd’hui, certains traits de leurs caractères me pèsent à nouveau et je ressens le besoin de prendre des vacances.

Et puis enfin (et surtout !), après un an de vadrouille dans d’autres univers, d’autres styles, après un an à écrire tous les jours ou presque, je me suis aperçue que j’avais appris des choses 😀 (sisi, je vous jure !!). Je repère et corrige désormais certaines de mes maladresses plus facilement, je me sens aussi plus à l’aise dans l’écriture de scènes d’action et dans la mise en place d’une ambiance. De fait, beaucoup de défauts de Trameurs, lors de mon retour en janvier, m’ont littéralement sauté aux yeux, et j’ai ressenti plus d’aisance à travailler dessus.

Une broderie (par Meredith Woolnaugh) qui fait écho au tissage de la Trame

Bref, vive les pauses, et ça tombe bien : la 3ème phase d’un cycle CoCyclics est d’abord un travail mené par les bêta-lecteurs, ce qui va me permettre de m’éloigner une fois de plus de ce texte.
Jusqu’au sprint final (sans doute à l’automne, pas avant).