[Publication] Puce et Globule en librairie !

No Comments

Ça y’est, c’est le jour J !

Les deux premiers tomes de Puce et Globule, ma série jeunesse avec des sciences, de la vie, des sciences de la vie et de la fantasy à l’intérieur, sortent aujourd’hui en librairie !

L’illustrateur, Yannick Robert, a fait des merveilles, et j’ai pu voir durant ces derniers mois l’univers de Puce et Globule prendre vie peu à peu sous ses crayons magiques 🙂 Chaque jeu intérieur est un petit bijou de détails… Parce que oui, la série s’intègre dans une collection d’enquêtes pour les 9 ans et plus, avec un ensemble d’énigmes et de jeux venant ponctuer le récit !

Vous pouvez jeter un œil à l’un d’entre eux en vous rendant sur la page Facebook de l’éditeur 🙂 (oui ceci est un lien-moche parce que ce blog est le plus basique des blogs que vous pourrez trouver sur le web, avec zéro fonctionnalité, pas même celle d’afficher le contenu intégré 😀 mais bon, le point positif, c’est que le lien marche !)

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2FGulfStreamEditeur%2Fposts%2F2120647757966262&width=500

La conception de ces énigmes a été du pur bonheur. À la croisée entre l’écriture, le ludique et le pédagogique, ce travail collectif a réuni tous les ingrédients qui comptent pour moi dans la création. Merci à toute l’équipe de Gulf Stream : vous assurez <3 J’espère que le résultat de notre collaboration plaira aux petits lecteurs et petites lectrices 🙂

Le premier tome aborde la vaccination (à quoi ça sert ? comment ça marche ? pourquoi c’est utile ?), le second traite de la réaction allergique.

Allez, j’arrête de jacasser et je vous laisse avec les couvertures de ces deux tomes… Rendez-vous à Montreuil pour le Salon du livre jeunesse, c’est à dire très bientôt !

 

Et une virée dans la littérature jeunesse, une !

No Comments

Un projet de petite série jeunesse me trottait en tête depuis quelque temps…
Petite, j’aimais beaucoup m’amuser avec mon microscope, regarder ce qu’il y avait dans une goutte de sang ou à quoi ressemble un cheveu.
Au lycée, j’ai pris l’option « sciences et techniques de laboratoire » (vous savez, STL), histoire de faire joujou avec un Bec Bunsen, des hottes, de la javel et des boîtes de Pétri. On faisait claquer nos gants, on faisait de la musique avec nos pipettes (qui se cassaient souvent) et la couleur jaune des petites poubelles de paillasse me paraissait alors incroyablement excitante (pour mon avenir professionnel seulement – ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit).
Plus tard, à la faculté, j’ai pris microbiologie en spécialité de licence. J’étais frustrée : deux ans de DEUG (pour les plus jeunes, c’est ce qui correspondait à L1 et L2 aujourd’hui… OUI, CA S’APPELAIT ENCORE DEUG A MON EPOQUE) à apprendre des schémas de biologie végétale et animale par cœur, et aucun organisme microscopique à étudier.
J’allais prendre ma revanche.
Cette année-là, j’ai appris toute la classif’ de virologie par cœur (et avec cœur)
J’ai dessiné des smileys en faisant des cultures microbiennes.
J’ai écrit un article sur le virus de la rage.
Je me suis émerveillée sur les plasmides et les mutations bactériennes.
J’ai fait pas mal de cata en TP (toujours avec le sourire… un pseudo dont très peu se souviendront m’a collé à la peau pendant un an).
Et j’ai poussé le vice jusqu’à étudier les champignons dans mon frigo d’étudiante…
J’ai adoré cette année de licence.
Je veux dire : il n’y a pas plus drôle et magique  que les micro-organismes ! 🙂 Parce que, au-dessus d’une boîte de Pétri, vous avez pendant quelques heures à quelques jours l’impression de créer tout un monde, plein de couleur, plein de vie.
Un peu comme quand on crée un univers pour un roman.

Cette année, je voulais écrire de la jeunesse.
J’ai donc pris le nano pour poser le premier jet d’un roman. Hop, voilà qui est fait 😀 Il est court (65000 signes pour l’instant), et je l’ai écrit en pensant à la petite fille de 7-8 ans que j’ai été, qui aimait déjà beaucoup les volcans, les dinosaures, l’Antiquité, mais aussi et surtout l’infiniment petit.

Il faut peut-être que j’en dise un peu plus sur le texte…

Puce & Globule (c’est le titre provisoire de cette petite série), c’est un peu Il était une fois la vie… mais en plus romancé (en tout cas, c’est ce que je vise, ce que j’espère) et surtout avec plus de fantasy (la série télévisée avait une esthétique plutôt sf lorsqu’on se trouvait dans le corps humain ; cette esthétique ne convient pas à l’idée de merveilleux que je souhaitais développer).

Il était une fois la vie (A. Barillé et Barbaud)

Puce & Globule, c’est aussi une histoire double : d’un côté, on suit ce qui se passe pour Coline, Siméon et Indiana, un trio de choc pour « le dehors » ; de l’autre, on accompagne Puce, Globule, Terrible et plein d’autres petits héros dans leurs aventures au sein du royaume de Coline (l’intérieur de son corps). Entre l’histoire extérieure et l’histoire intérieure, j’ai voulu créer un jeu de miroirs 🙂

J’aimerais réussir à écrire plusieurs tomes indépendants, à chaque fois autour d’un événement ou d’une question différente sur le système immunitaire, la façon dont il réagit aux intrusions (bactériennes, virales). J’ai déjà trois ou quatre autres idées pour les prochains tomes mais avant de les exploiter, j’ai… Ahem… d’autres romans qui attendent d’être corrigés et comme je ne suis pas du genre à balayer un planning qui fonctionne plutôt bien, je vais m’en tenir à ce que j’ai prévu pour cette fin d’année (c’est à dire retourner sur Trameurs, mon 1er roman que je traîne depuis 2012… et puis peut-être écrire quelques nouvelles aussi ?).

En tout cas, une chose est sûre : je n’en ai pas terminé avec Puce & Globule. L’infiniment petit, c’est vraiment tout un monde à explorer, un monde rempli de magie et de batailles. Un monde que je suis bien contente de retrouver grâce à l’écriture 🙂 Et vous savez quoi ? Le voyage ne fait que commencer 🙂

À l’heure où la canicule joue à faire fondre les terriens…

No Comments

(Et les auteurs, accessoirement, j’envie mes compatriotes plutoniens).
Ça doit faire des semaines, longues, torrides, insupportables niveau température, que je ne suis pas venue poster par ici. Au retour des Imaginales, la frénésie scribouillarde m’a donné des ailes, du coup je m’arrache des plumes et je continue d’écrire avec. En parallèle, je zieute (plus ou moins sérieusement) des ATs futurs.
Du coup, demain, vacances oblige, j’aurai un mois devant moi pour rayer tout ou partie de cette liste estivale, et comme j’ai (visiblement) du temps à perdre ce soir, je vais assigner à chaque tâche un niveau de probabilité. Mettons de 0 (les indiens sont cools, ils nous ont filé ce chiffre, servons-nous en) pour ce qui n’aura aucune chance de se faire, à 100 pour ce que je suis sûre et certaine d’accomplir malgré ces 50 puissance 25 degrés sous le soleil.


C’est partiiiii !!

N°1 – FVJ : Terminer le 1er jet de l’acte 2 et l’envoyer à mes betas
Bon, vu comme je suis lancée (750k signes dans la boîte, on me dit dans l’oreillette que, quand même, va y avoir un peu de coupe en perspective…), je suis très optimiste. Il ne me reste plus que 5 (gros) chapitres, ainsi que les corrections sur ces nouveaux signes… J’espère avoir fini fin juillet (grand max 2-3 août).
Niveau de probabilité : 100

N°2 – Plancher sur un prochain roman (jeunesse)
Je vais avoir des heures de train à tuer et j’ai déjà des idées en tête, sur l’univers et les intrigues possibles. Le truc, c’est que j’ai toujours besoin de formaliser, de poser les idées sur papier pour faire le tri entre ce qui est à garder et ce qui est à jeter. Mes personnages, aussi, sont encore assez flous et, puisque j’ai envie d’une série (oui, ENCORE), il faut que je pense plus large dans leur développement.
Ce sera de la fantasy, saupoudrée de… biologie. Ou l’inverse. J’en dirai pas plus pour l’instant.
Niveau de probabilité : 85

N° 3 – Trameurs : Terminer les corrections de fond
Actuellement, je suis en phase II de cycle pour ce roman (le tout 1er que j’ai écrit – si vous vous demandez ce qu’est un cycle, c’est en rapport avec un certain collectif d’auteurs) et, ma plume me démangeait tellement pour FVJ que j’ai un peu mis ce projet en stand-by. Grosso-modo, j’en suis à 65% du travail abattu, je pense. Et… Pour être franche, FVJ me démange toujours autant. Donc je crois que les corrections de Trameurs, ce sera pas encore pour cet été.
Niveau de probabilité : 0

N°4 – Ecrire le roman jeunesse évoqué en N°2
Rigolez pas, dans le fond ! Non, vraiment, j’imagine que ce serait possible. Evidemment, durant ce mois, j’ai pas mal de projets (dont FVJ, dont ma participation à la veille du collectif, donc plein d’autres trucs dans les cartons que je ne vais pas détailler ici), mais un appel à textes comme celui de Gallimard Jeunesse me fait de l’œil.
Juste pour le défi.
Aujourd’hui, je suis capable de faire du 5000-6000 signes par jour (je peux doubler si je suis motivée et si je n’ai que ça à faire), ce qui ferait un 1er jet en 24 jours. Bon, après, il faut un temps de relecture, de correction… C’est serré, très serré, mais 120000 signes pour le 30 septembre, c’est jouable.
Le seul truc, c’est que je ne partirai pas là-dedans sans 1) avoir terminé le N°1 et 2) avoir un scénario bétonné. De plus, ce serait la première fois que j’écrirais de la jeunesse, et je ne suis pas sûre de moi sur le ton à adopter. Je me documente, mais… ça reste à voir.
Niveau de probabilité : 50

N°5 – Ecrire une nouvelle
Oui parce qu’il y a toujours des ATs de nouvelles qui finissent par me faire envie (alors que, franchement, t’as déjà en tête de répondre à un AT de ROMAN, tu t’embarques pas dans ENCORE autre chose, non ?!). Blague à part, je craquerai si et seulement si la situation s’y prête, c’est à dire 1) un write-in isolé dans un weekend 2) des gens motivés autour de moi pour les nouvelles et 3) des idées en lien avec les ATs.
Pour ceux qui me font de l’oeil, en vrac, il y a celui sur les chats, des éditions Luciférines (histoire que je teste le fantastique/horreur) qui s’arrête le 15 septembre, ou celui des éditions Ragami sur la réécriture de thèmes antiques (25 août, c’est plus short).
Niveau de probabilité : 65

N°6 – FVJ – Terminer le 1er jet AU COMPLET (parce que fuck t’es dessus depuis février et que ton roman qui devait faire plus ou moins 500k en fait 750k aux deux tiers)
Oui, alors, ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Vu qu’on est déjà mi-juillet, finir le roman mi- voire fin août est carrément irréalisable. Si je continue comme ça (c’est à dire, si je ne fais pas autre chose entretemps, comme les points 4 et 5), je table plutôt pour un point final fin septembre-début octobre (et ça, c’est seulement si je me sens à l’aise dans l’acte 3 qui est sensé être un hommage tonitruant au vidéoludique… ).
Donc, ça se fera jamais cet été, mais ça peut être bien avancé ou non selon le reste de mes activités (et le nombre d’heures de sommeil, aussi).
Niveau de probabilité : 0

N°7 – Sea, Cucumbers and Sun
Sans vouloir dévoiler tout mon jeu estival, c’est en excellente voie de réalisation !!
Niveau de probabilité : 100

Et vous, c’est quoi vos projets d’auteur pour cet été ? 😀