Repas aoûtien : une entrée ludique, le retour des coquille(ttes au beurre), et une tarte à la Grosse Pomme

No Comments

Aaah.
Ce moment où vous pouvez enfin prendre le temps pour vous, sans aucune contrainte horaire…
Ce moment où vous pouvez profiter de parcs verdoyants, de pique-niques sous une pluie battante un soleil éclatant, de jeux sous la flotte d’eau…
Ce moment où vous pouvez enfin profiter pleinement de votre nouvel ampli tout neuf et  sauter partout comme un éléphant danser comme une pro dans votre salon sans vous inquieter de l’avis des voisins parce que, de toute façon, ils sont partis loin.
Ca fait une semaine que ça dure, j’aimerais bien que ce soit comme ça toute la vie, tiens.

VACANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNCES !

Comme j’ai du temps, ça signifie que j’ai plein de temps pour l’écriture, par ricochet.
Résultat, cette première semaine de vacances s’est soldée par l’écriture d’une nouvelle… (bon d’accord, qui tire tout doucement vers la novella, vu la longueur et le développement des personnages, mais qu’importe). L’Appel à textes des éditions Rivière Blanche, intitulé « Visa pour New York« , me faisait beaucoup envie, donc je me suis payée un petit voyage dans le temps, dans les Années Folles américaines. Pour celles et ceux qui auraient envie de participer, c’est jusqu’au 31 août que ça dure.
Sinon, je continue de réfléchir à mon prochain univers (de fantasy, qui fera sans doute la part belle au ludique… mais je reviendrai en parler plus longuement lorsque j’aurai un pitch valable). Ca prend forme, lentement mais sûrement. 2015 n’est pas encore là, de toute façon.
Et puis, mes deux prochaines semaines de farniente total vacances seront consacrées aux Coquilles vides, ce roman d’anticipation dont j’ai terminé le 1er jet en début d’été (pour le pitch, c’est par là). Il est temps de se plonger dans les premières corrections. Revoir quelques scènes par ici, ajouter quelques détails par là… Mes adorables beta-lecteurs m’ont déjà pointé des incohérences que je vais m’empresser de gommer. C’est reparti pour une assiette de coquilles bien remplies …

 

Les Coquilles sont bien vides, je répète…

No Comments

Le point final du premier jet a été posé le samedi 29 juin dernier, soit environ sept mois après le premier mot, pour un an de réflexion.
Ca y’est, les Coquilles vides sont bel et bien remplies (ohoh). Grosso modo 357000 signes espaces comprises au compteur. C’est un peu moins que ce que j’espérais (je visais au minimum les 380000), mais je me dis que les corrections vont amener quelques ajouts.
Envoi de sms à base de smileys joyeux pendant deux minutes.
Sauts de joie devant mon clavier pendant dix autres minutes (comme ça 🙂

Réponse au téléphone qui sonne, en mode soulagée/excitée/c’est-fini-passons-à-autre-chose/oui-mais-y’a-les-corrections-à-organiser/youpi-du-temps-pour-un-nouveau-roman. Avouons-le : terminer un roman, c’est toujours un grand moment où tout est merveilleux parce qu’on a réussi à lui faire la peau, à ce récit ! Il est enfin couché sur papier, il a encore quelques soubresauts mais on peut relâcher la pression…

Y’a des gens qui vont penser que j’étais pas heureuse de l’écrire, cette histoire.
Mais en fait, si ! N’allez pas croire, j’ai adoré passer des heures et des heures dessus ; quand je ne tapotais pas sur mon clavier, j’y réfléchissais et quand je n’y réfléchissais pas, je tapotais. Pourtant, il y a toujours cet instant de grâce où l’on exulte. On a mené à bien la mission qu’on s’était auto-confiée. Finaliser un projet, ça donne plein d’énergie pour se lancer dans un autre. Et l’écriture, ça ne s’arrête jamais, c’est une drogue, sans les inconvénients habituels (un crayon, ça coûte moins cher que de la coke) : mon porte-monnaie saute de joie lui aussi 😛

Et puis, il y a aussi tous les gens autour de moi, qui ont passé du temps à me soutenir. Eux aussi doivent être contents du point final, je vais enfin leur lâcher la grappe avec cette histoire de vieux qui se shootent 😀 Bon, le travail sur le texte est loin d’être fini… Là, je passe en phase de correction, et je ne m’arrêterai pas avant d’avoir obtenu en 2014 quelque chose de valable à envoyer aux éditeurs (très très motivée par le résultat du speed-dating des Imaginales).

Un rappel du pitch pour ce roman d’anticipation ? « À la fin du XXIème siècle, en France, une drogue permet de remonter le temps pour revivre des souvenirs. Asha, une septuagénaire est séduite et sombre dans la dépendance. Elle s’aperçoit qu’elle peut intervenir sur le passé, sans se douter que sa réalité va s’en trouver bouleversée. »

Désormais,  j’ai l’esprit plus libre pour partir voguer vers d’autres univers. De la fantasy pour un roman, de la SF pour des nouvelles… Je reviens bientôt en causer : là, c’est encore l’heure de rêver 🙂

Un challenge pour 2014, made in anticipation

No Comments

C’était annoncé, c’est parti !
Mon premier semestre 2014 sera consacré à l’écriture d’un roman d’anticipation, provisoirement intitulé Les Coquilles vides.
La dynamique sur la mare est tellement énergisante que cet en-cours a trouvé sa place dans les challenges Cocyclics (où l’on pourra grignoter extraits et infos sur l’univers, tout en sirotant des lassis à la cardamome – oui, l’Inde sera présente par petites touches dans le récit)

Un pitch :

« Fin XXIème siècle, en France. Une drogue, la Klé (ou K), fait fureur auprès des populations âgées. Elle leur permet, sur base de souvenirs, de voyager dans leur passé et revivre des moments perdus. Pendant les trips, l’esprit du K-mé revient dans le temps et le corps demeure dans le présent. Drogue dure, la Klé entraine une accoutumance rapide. Les overdoses sont fatales et empêchent l’esprit de retourner dans son corps d’origine, laissant derrière lui une « coquille vide ». Asha, une vieille dame isolée, succombera au produit et modifiera sa vie. Pour un meilleur ou pour un pire ? Seule l’histoire nous le dira. »

Encore du voyage dans le temps comme ressort scénaristique… On ne gagne jamais à lutter contre ses obsessions 😀
Plus sérieusement, les sauts temporels demeurent un prétexte pour ici, construire un récit de vie et approfondir d’autres questions (comme les conduites addictives, le vieillissement, les regrets, etc.)
Niveau quantitatif, j’espère boucler ce premier jet avec l’écriture d’un chapitre par semaine.
Au jour d’aujourd’hui : 2 chapitres / 32  ont été finalisés.
Je reviendrai de temps en temps par ici pour donner des nouvelles sur mon avancée.