Semaine 5 [Du 22 au 28 juillet] – Réécriture des Mercenaires du Temps

No Comments

montres-molles-daliComme prévu, cette cinquième semaine a été beaucoup plus difficile à remplir.

La réécriture a été très profonde, et le travail n’était pas aisé dans le sens où il fallait souvent intégrer le nouveau protagoniste à des scènes déjà existantes… En intercalant des dialogues par exemple. De plus, afin de résoudre quelques incohérences ou approfondir la description de l’univers, ce n’est pas une mais trois scènes que j’ai dû ajouter au récit. Résultat : je n’ai pas pu traiter la scène suivante (alors qu’elle était prévue au programme). Qu’à cela ne tienne, je mettrai les bouchées doubles la semaine qui arrive.
Les deux outils qui m’ont beaucoup servie durant cette 5ème semaine :

  • Un dictionnaire français-chinois (pour les termes en provenance d’un passé lointain)
  • Les photographies présentes sur cette page (parce qu’il était beaucoup question de perturbations nuageuses)

Côté camp NaNo, j’ai comptabilisé pour les MT quelques 6900 nouveaux mots écrits, sans compter les 21700 mots retravaillés du premier jet. Et en marge de cela, 1500 mots ont vu le jour pour un premier jet de nouvelle (l’AT concerné étant « Ce signe étrange apparu en ville » – j’en parlais ici). Compte tenu du travail abattu, je crois pouvoir considérer que l’objectif que je m’étais fixée pour le camp est dûment rempli ! Ceci étant dit, l’aventure du second jet des MT est loin d’être terminée… Et le mois d’août promet d’être intense de ce côté-là.

Les vacances tombent plutôt bien … 🙂

Camp NaNoWriMo de Juillet 2013 – Tous au chalet !

No Comments

La semaine prochaine, c’est le début du Camp NaNo de juillet 2013.

2013-Participant-Lantern-Circle-BadgeLe Camp NaNo, qu’est ce que c’est ?
C’est un moment dans l’année où vous vous dites qu’un site web, générant quelques statistiques et vous permettant de poser un objectif en nombre de mots, serait une motivation supplémentaire pour vous permettre d’écrire.
Franchement, étant donné mon planning estival, je ne suis pas sûre d’en avoir besoin.
Mais je trouve toujours l’expérience enrichissante, parce que pendant la période de « camping », vous vous retrouvez dans le même bateau avec d’autres fous auteurs en herbe qui, comme vous, ont décidé de se fixer un objectif d’écriture. Vous échangez, vous vous soutenez moralement pour avancer… Que du positif. Et ce qu’il y a de bien, c’est que l’objectif – en nombre de mots à atteindre, donc – est tout à fait modulable : si vous ne pensez pas pouvoir écrire 50000 mots sur le mois (comme c’est le cas pour le NaNoWriMo en novembre), qu’à cela ne tienne : vous avez tout loisir de vous fixer un objectif plus modeste.

Cette année, pour moi, ce sera 10000 mots.
Pourquoi ?
– Parce que je serai en phase de réécriture de mes Mercenaires du Temps, et que 50000 mots ne me semblait pas faisable.
– Parce que 10000 mots, c’est la taille d’une nouvelle raisonnable (j’ai deux ATs qui me font de l’oeil pour l’automne, voir ici), ou bien de synopsis détaillés pour un prochain roman (dont l’idée me trotte en tête depuis quelques mois), ou d’un fragment conséquent de MT après réécriture…

Si vous êtes tenté(e) par l’aventure, il reste encore un peu de temps pour vous inscrire ici.

Categories: Toutes les actus Étiquettes : ,

L’écriture en flocons

No Comments

floconMalgré son appellation, la méthode dite « du flocon » ne restreint pas son utilisation à la période hivernale.

Lors de ma première tentative nanoteuse (validée en 2012), ne souhaitant pas me lancer dans un exercice d’écriture sans filet (c’est à dire sans ligne directrice, sans personnage identifié, sans plan, sans rien), j’ai pris une petite semaine avant le mois de novembre pour m’organiser, et je suis tombée par hasard sur ces dits flocons de neige.Etant donné le court laps de temps qui me restait avant le début du défi, je n’ai pas pu expérimenter toutes les étapes de la méthode. J’en suis restée à quatre, me promettant de revenir à la chose si celle-ci se révélait fructueuse.
Pour le coup, j’en suis assez satisfaite. La méthode permet d’y aller progressivement, et de comprendre que toute histoire n’a de sens seulement si on prend le temps de la construire à travers le regard porté par chaque personnage qui la vit. En résumé, l’important dans un scénar’, ce sont les personnages. Le reste, c’est cosmétique.

Quelques liens vers la description de la méthode : en français ici ou , et la version d’origine en anglais.
J’y ferai sans aucun doute appel pour un prochain long (novella ou roman, on verra bien) dont l’idée me trotte déjà en tête. Peut être pour un futur NaNo ?

Categories: Toutes les actus Étiquettes : , ,