Les feuilles tombent, les mots pleuvent, et les bonnes nouvelles aussi !

No Comments

Voyons voyons, où en étions-nous ?

Concernant mon roman d’anticipation (mes Coquilles vides), après un mois et demi intense de correction du premier jet, j’ai fait parvenir le résultat à mes beta-lecteurs adorés pour des retours de forme. Quelques scènes et presque 35000 signes ajoutés au compteur, j’atteins les 400000 signes (youpi !) pour cette seconde mouture où j’espère bien avoir réglé tous les soucis du fond.

A propos de mon premier roman (Trameurs, anciennement les Mercenaires du temps), j’utiliserai sans doute la période (et l’émulation) du Nanowrimo pour appliquer mon nouveau plan de correction (le dernier, je pense) du fond. Faire et défaire, c’est toujours travailler. Je tiens le bon bout, je pense que je serai beaucoup plus satisfaite de ma copie après ces dernières corrections. Et ensuite, il sera temps d’effectuer un toilettage de la forme. Faut dire qu’en deux ans, j’aurai bien progressé et que niveau style, un réajustement s’impose.

Entre les deux périodes de correction, je m’accorde une pause de nouvelliste. Deux appels à texte me font envie, en ce moment. Celui de Rivière Blanche, sur les Avenirs Radieux, a un petit air de défi (c’est pas tous les jours qu’on vous somme d’écrire de la science-fiction optimiste) ; Celui de Piments & Muscade, sur les Années Folles, me rappellerait New York à la même époque (pour un autre AT)… et me permettrait de me plonger dans l’écriture érotique 🙂 La date limite des deux appels à textes est fixée au 30 novembre 2014.

Et puis bien sûr, je cogite toujours sur un prochain roman de fantasy. Il faudra bien que je complète ce synopsis (dont je n’ai pour l’instant que le 1er acte, et les grands tournants des deux autres). Mon univers prend forme, petit à petit. J’ai envie d’un récit d’aventure, avec une pincée d’humour et une grande dose de jeu(x). Le fait que je ne sois pas encore capable de formuler un pitch qui dépote est le signe qu’il va me falloir encore un peu de temps de maturation.

Ah et…
En marge de tout cela, deux nouvelles écrites cette année ont été retenues après AT !

J’en dirai plus ici quand les sommaires auront été annoncés par les éditeurs. Mes premières publications papier… 🙂 Autant vous dire que 2014 restera gravée dans ma mémoire de jeune auteur(e).
Bisous les gens, il est temps de retourner écrire !

Repas aoûtien : une entrée ludique, le retour des coquille(ttes au beurre), et une tarte à la Grosse Pomme

No Comments

Aaah.
Ce moment où vous pouvez enfin prendre le temps pour vous, sans aucune contrainte horaire…
Ce moment où vous pouvez profiter de parcs verdoyants, de pique-niques sous une pluie battante un soleil éclatant, de jeux sous la flotte d’eau…
Ce moment où vous pouvez enfin profiter pleinement de votre nouvel ampli tout neuf et  sauter partout comme un éléphant danser comme une pro dans votre salon sans vous inquieter de l’avis des voisins parce que, de toute façon, ils sont partis loin.
Ca fait une semaine que ça dure, j’aimerais bien que ce soit comme ça toute la vie, tiens.

VACANNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNCES !

Comme j’ai du temps, ça signifie que j’ai plein de temps pour l’écriture, par ricochet.
Résultat, cette première semaine de vacances s’est soldée par l’écriture d’une nouvelle… (bon d’accord, qui tire tout doucement vers la novella, vu la longueur et le développement des personnages, mais qu’importe). L’Appel à textes des éditions Rivière Blanche, intitulé « Visa pour New York« , me faisait beaucoup envie, donc je me suis payée un petit voyage dans le temps, dans les Années Folles américaines. Pour celles et ceux qui auraient envie de participer, c’est jusqu’au 31 août que ça dure.
Sinon, je continue de réfléchir à mon prochain univers (de fantasy, qui fera sans doute la part belle au ludique… mais je reviendrai en parler plus longuement lorsque j’aurai un pitch valable). Ca prend forme, lentement mais sûrement. 2015 n’est pas encore là, de toute façon.
Et puis, mes deux prochaines semaines de farniente total vacances seront consacrées aux Coquilles vides, ce roman d’anticipation dont j’ai terminé le 1er jet en début d’été (pour le pitch, c’est par là). Il est temps de se plonger dans les premières corrections. Revoir quelques scènes par ici, ajouter quelques détails par là… Mes adorables beta-lecteurs m’ont déjà pointé des incohérences que je vais m’empresser de gommer. C’est reparti pour une assiette de coquilles bien remplies …

 

Les oiseaux chantent, le soleil brille (parfois) et les mots filent !

No Comments

Saperlipopette.
Bientôt le 1er avril. Avant d’effectuer les blagues de circonstance, on peut aussi fêter le printemps, qui a pointé le bout de son nez quelques jours auparavant.
*Lâche un troupeau de coquelicots*Voici le temps du billet egocentré, utile pour son auteur et rien que pour lui, parce que ça lui permet de mettre ses idées au clair et ses objectifs à jour. Voyons voir *sort sa loupe* :
Du côté des nouvelles, j’ai manqué le coche pour Geekopolis (enfin, non, faudrait que je l’écrive et que je la corrige en un jour, la nouvelle, ce qui pour moi est mission impossible) et j’ai omis d’envoyer des pépins cette année. Par contre, je peaufine un texte humoristique (et gastronomique) pour l’appel Visions du Futur ; ma nouvelle pour l’appel Robots des éditions La Madolière est déjà partie (réponse courant 3ème trimestre 2014) ; je réfléchis à un prochain pitch pour un appel tout éclipsé (date limite le 15 mai) ; et puis je m’amuse sur un texte fantastique écrit à quatre mains (coucou vestrit 😉 ).
Autant dire qu’encore une fois, je pense que je vais exploser mon objectif des 4 nouvelles écrites par an en 2014.

À côté de cela, il y a toujours l’aventure des romans, parce que le texte long, plus ça va, plus je m’y sens à l’aise.
Concernant le roman en cours, mes Coquilles vides, ça avance plutôt bien ! Je suis à deux cheveux des 50% (15ème chapitre terminé), et je me rapproche à grands pas d’un nouveau pivot de l’intrigue. J’ai hâte de l’atteindre, car le récit bascule complètement après cela, et que mon personnage principal connaîtra un peu moins de phases dépressives… (ouais, ces phases là sont importantes pour le déroulement de l’histoire, mais enfin elles me fichent un peu le cafard à l’écriture, du coup… en avoir un peu moins, ce serait pas si mal 😀 ).
Et puis, et puis, il y a toujours mon premier roman, les Trameurs, que je compte bien retravailler et peaufiner. Ma mare de grenouilles adorées sera là pour m’aider, alors je suis heureuse 🙂 Je pense que j’y consacrerai mon été, et ce serait donc parfait d’avoir finalisé le premier jet des Coquilles avant juillet, ce qui implique d’accélérer aussi la cadence. 2 chapitres au lieu d’un seul par semaine ? Une fois de temps en temps, c’est faisable.

La fin d’année sera libérée afin de poursuivre des corrections, réfléchir à un prochain roman (il y a bien quelques pistes qui se dessinent déjà, mais il va falloir creuser plus que cela !), et écrire plein de textes courts 🙂
Et maintenant, il est temps de préparer un baluchon pour la fin de semaine. Zone Franche, me voilà !